Comment choisir son mobilier urbain ?

mobilier urbain

Le terme mobilier urbain s’est développé dans les années 1960 dans un souci de gestion, d’harmonisation et d’homogénéisation des objets fonctionnels dans l’espace public. Un des principaux rôles du mobilier urbain est de rehausser l’image des espaces publics pour que la ville soit attractive pour ses occupants, dans le sens de l’amélioration de leur qualité de vie, mais aussi pour ses visiteurs. Le choix du mobilier urbain est donc un processus complexe qui doit répondre aux enjeux multiples de l’aménagement des zones urbaines. Pour vous éclairer, nous avons sélectionné les principaux critères de choix en terme de mobilier urbain.

Les conditions d’implantation et d’utilisation.

Le premier critère de choix pour un mobilier urbain doit répondre à quatre questions : pour qui va-t-il servir ? A quoi va t’il servir ? Comment va t’-il être utilisé ? Et à quel endroit précis l’implanter ? La réponse à ces questions aboutira à déterminer la valeur ajoutée du mobilier pour la collectivité et justifiera son implantation. Ainsi, les différents types de mobilier urbain sont classifiés par rapport à leur fonction principale. A titre d’exemple, pour la fonction sécurité, un ralentisseur, dont le modèle est défini en fonction des besoins exprimés, permet de modérer la circulation en zone urbaine et d’améliorer les conditions de sécurité sur les voies publiques ou privées. Pour trouver le ralentisseur qui correspond à vos besoins, il est judicieux de s’adresser à un professionnel de la sécurité et des équipements collectifs qui vous guidera dans le choix de l’équipement urbain et des solutions techniques en adéquation à votre projet.

Le choix des matériaux et de leurs finalités attendues.

Les questions environnementales sont de nos jours les préoccupations majeures que ce soit à titre individuel, pour les entreprises ou les collectivités. Le choix du mobilier urbain doit donc répondre aux enjeux écologiques de manière à limiter leur impact écologique. Il est de ce fait nécessaire de vérifier l’origine des matériaux composant le mobilier urbain de sorte qu’ils ne contiennent pas d’élément nocifs pour l’environnement et la santé des usagers. Les matériaux choisis doivent aussi posséder des qualités spécifiques comme la résistance aux corrosions, aux aléas climatiques et à d’autres altérations provenant de son environnement immédiat comme l’impact des rayons UV ou les détériorations biologiques. Ensuite, le mobilier urbain doit être accessible à tous. Cet aspect de la spécification technique du mobilier urbain est important car il implique que ce dernier doit être adapté aux personnes à mobilité réduite. Le choix des couleurs est ainsi important car le contraste optique aide au marquage et à la reconnaissance des lieux en particulier pour les personnes en situation de handicap visuel. Enfin, les exigences sécuritaires doivent être au centre du débat concernant le choix du mobilier urbain. En effet, les autorités imposent de nombreuses normes liées à la sécurité comme la résistance aux charges climatiques et aux usages intensifs ; les questions de sécurité corporelle des usagers ; les questions de sécurité électriques et de protection contre la foudre ; les questions de sécurité liées aux incendies, aux effractions etc… Un dernier point et non des moindres concerne l’esthétisme du mobilier urbain qui doit être en totale harmonie avec son environnement.

Les questions liées à la longévité du mobilier urbain.

Il est primordial que le mobilier urbain dans lequel vous investissez dure le plus longtemps possible dans le temps. La pérennité des matériaux choisis est donc un critère essentiel dans la rédaction de vos cahiers des charges. Cette pérennité dépend de plusieurs facteurs : le rôle du mobilier urbain et ses spécifications techniques ; la gestion des risques liés au niveau de sinistralité admise ; l’environnement immédiat du mobilier et les aléas climatiques ; le niveau de fréquentation ou d’utilisation du mobilier urbain ; la gestion de l’installation et de la maintenance du mobilier urbain. Ce dernier point, la gestion de l’installation et de la maintenance du mobilier urbain concerne l’accessibilité des équipements ainsi que les règles d’installation y afférentes pour leurs usages mais aussi pour leurs entretiens. En terme de mobilier urbain, il existe deux grands groupes de maintenance : d’une part, la maintenance corrective qui concerne les opérations de dépannage en cas de défaillance du système et la maintenance curative qui consiste à réparer de manière définitive l’équipement en cas de panne. D’autre part, la maintenance peut aussi être préventive si elle est opérée de manière systématique, en fonction de l’état du matériel ou encore à partir de l’avancement de sa détérioration. Outre les conditions d’implantations et la qualité des matériaux, le nombre d’entretiens et leur espacement dans le temps ont donc des incidences concrètes sur la longévité du mobilier urbain.